Montage d'épisode de podcast, coupures, respiration et "strip silence" avec Audacity - Varmédia INC


Descrition

Apprends à couper des parties de ton podcast pour augmenter la qualité sonore de ton produit fini. Mettre du temps sur l’édition de tes épisodes est une bonne façon de te démarquer et de démontrer du respect envers tes auditeurs. Ceux-ci te donnent du temps pour écouter tes propos, il vaut donc la peine d’investir aussi du temps pour leur rendre cette écoute agréable.

Pour effectuer l’exercice présenté ici, commence par télécharger les deux pistes que tu as à travailler dans Audacity. Voici un résumé des étapes à effectuer. Tous les détails se trouvent dans cet épisode.

  1. Bloquer le son d’une piste pendant que l’autre parle, pour avoir un son optimal. En mettant tes deux pistes devant toi, tu peux rapidement constater que lorsqu’un des interlocuteurs est silencieux, il y a toujours un peu de bruit enregistré quand même : respiration, bruit ambiant, confirmations vocales (oui, hmm, ok…). Retirer tous ces sons indésirables se fait grâce à la fonction « Generate silence audio ».
  1. Baisser le niveau sonore de tes respirations. Mettre complètement les respirations de la personne qui parle en silence peut sonner étrange à l’écoute. Je te suggère plutôt de les atténuer en jouant avec l’amplification. Tes auditeurs sentiront ainsi la pause respiratoire naturelle, mais de façon moins irritante dans les oreilles.

 

  1. Comment faire une coupure et atténuer le son mécanique de la procédure. Il faut d’abord faire très attention pour ne pas désynchroniser les deux pistes sonores, en s’assurant de couper les deux à la fois. Puis, je vous fais une démonstration de l’utilisation des fade in et fade out pour réduire l’effet « clic » d’une coupure de phrase.

Toutes ces étapes peuvent sembler longues au départ, mais plus tu en feras, plus tu acquerras de la rapidité. Tu peux aussi écouter mes épisodes sur les raccourcis clavier et l’utilisation de la souris programmable. Ce sont d’autres belles façons d’augmenter ton efficacité.



Transcription

 

body { margin: 0; }
#title, #subtitle, #info, #summary { text-align: center; }
#summary { margin: 0 10%; }
#chapter { margin-top: 1em; }
[0:00] On est maintenant rendu à couper des parties de notre épisode de podcast. Ce que j’ai fait, c’est que j’ai préparé mes deux pistes. Dans le fond, j’ai pris trente secondes d’un vrai épisode de podcast qui est de webmestre, que c’est moi et Kevin qui parlent ensemble J’ai pris un trente secondes, je l’ai coupé, et ce qu’on va faire dedans, je vais te montrer comment baisser le niveau sonore de tes respirations dans Audacity. Je vais te montrer comment faire une coupure.
On va la faire dans un mot qui a pas vraiment, c’est pas vraiment la bonne place. C’est pas la place que j’aurais choisi pour faire une coupure. On va la faire quand même.
On va entendre un petit peu la différence, on va entendre le petit clic qu’on n’aime pas et je vais utiliser un fade-in/fade-out pour atténuer ça. Ensuite, je vais faire un petit tour avec toi des cross-fade et ensuite je vais faire un petit tour avec toi du strip silence, d’essayer de bloquer le son d’une piste le temps que l’autre parle pour essayer d’avoir un son optimal et te montrer l’avantage de faire ça. Sur ce, allons-y!

Je suis maintenant dans Audacity, j’ai mes deux pistes ici qui sont coupées, nettoyées et synchronisées.
Donc je vais mettre Francis en haut, Kevin en bas, et voilà. Si on écoute l’extrait présentement : « Ouin, pis tu as des plans de streamer aussi, donc ça va te faire de l’équipement en plus. Ça te tente-tu en plus… Oui, je veux streamer du VR donc je ne pourrai pas nécessairement utiliser ce micro… »

 

[1:26] Je n’écouterai pas le trente secondes au complet, on comprend le principe. Donc là, ce que je vais faire, c’est que je vais faire plein de trucs. Vu que c’est trente secondes, je vais peut-être le faire sur tout le fichier, mais en théorie peut-être que je le fais plus comme bout par bout, comme minute par minute, ou comme j’avance je coupe, je vais faire mes silences… Mes silences, je les fais automatiquement maintenant mais je les faisais manuellement et même quand je les fais automatiquement des fois il y en a qui sont manqués donc je dois quand même les faire. Donc je vais faire mes silences, mes strip silences, mes coupures. C’est un peu un melting-pot, c’est pas nécessairement un après l’autre comme je vais faire présentement.

[1:59] Donc la première chose dont je veux te parler, c’est le strip silence. En fait, ici, on a deux bandes. Et là, si on voit, moi ici je parle. Et ici, on voit plein de petits, je vais dire, des mottons… On voit plein de petits sons, de petits bruits ambiants. Ça, dans le fond, c’est sûrement Kevin qui respire le temps que je parle. On va l’écouter pour voir. Si mettons, je fais mute sur celle-là et qu’on vient écouter cette partie-là.

[2:29] « Ouin » C’est des bruits de bouche de Kevin. C’est normal : il est là, il attend, il attend que je parle, il attend son tour pour parler.
Donc il respire, il fait des bruits de bouche et c’est bien correct comme ça.
Ceci dit, ça, c’est l’avantage de vraiment enregistrer en plusieurs pistes. Si c’était une seule piste, je ne pourrais pas enlever ces sons-là. C’est pas que c’est ultra dérangeant, mais ça donne une bien belle, une bien meilleure qualité si je les enlève.
Donc, ce que je peux faire, c’est commencer par sélectionner la partie de la piste à Kevin que je ne veux pas et cliquer ici.

[3:03] Il y a un petit bouton, avec deux springs et un chose au milieu qui est silence audio. Il y a le raccourci contrôle-L. D’ailleurs, je vais faire un autre petit vidéo sur comment bypasser ces petits raccourcis-là pour aller encore plus vite. Donc, contrôle-L, soit appuyer sur le bouton ici, sinon dans le menu on peut utiliser generate silence. C’est tout la même chose, ça revient tout au même. Donc, je vais faire contrôle-Z pour te montrer, si je pèse sur le bouton ici. Je pense que le plus rapide, c’est le bouton ou le raccourci clavier qui est contrôle-L. Donc, ça, ça vient d’effacer ce qu’on a entendu de la bouche de Kevin qui parlait. Donc, ça, je peux le faire un peu comme partout ici, je peux voir que Kevin parle, moi je ne parle pas. Je peux y aller avec contrôle-L. Ici, c’est juste une respiration de début, je peux la couper. Je vais enlever mon mute pour qu’on voit bien le wave band. Bon ici je vais effacer ça.

[4:01] Ça peut paraître long, mais on va avoir un flow out un moment donné qui va aller assez vite et on va, ça va se faire très, très vite, surtout quand on a quelques épisodes derrière la cravate. On va dire ça comme ça. Ici, c’est une respiration, donc je vais faire un contrôle-L. Donc je viens de faire mes strip silence. Donc, là, théoriquement, mon son est déjà beaucoup plus beau : quand un parle, il n’y a pas de bruits ambiants de l’autre.
Ça donne déjà une bien meilleure qualité. Bon, allons-y. Donc, ça c’est fait. Maintenant, si on réécoute, on peut voir que « Tu as des plans de streamer aussi, donc ça va te faire de l’équipement de plus. Ça te tente-tu en plus… Oui, je veux streamer du VR donc je ne pourrai pas nécessairement utiliser ce micro-là pendant que je streame, là… parce que … »

Là, ici, l’autre chose après du strip silence, je laisse les grosses bosses, mais des fois, je peux les enlever. Donc, si on écoute ici, cette partie-là, je vais muter la trac de Kevin. C’est moi qui est poli et qui confirme, je fais de l’écoute active puis je confirme à Kevin que je l’écoute, puis que je confirme avec lui qu’il a raison.
[5:06] J’ai tu besoin vraiment de ça? Mon auditeur a-t-il vraiment envie de m’entendre dire, non… peut-être, ça pourrait peut-être être correct, je pourrais les laisser. Dans le cas présent, pour la démonstration, ce que je vais faire, je vais l’enlever tout simplement. Je vais faire un contrôle-L, parce que Kevin n’arrête même pas de parler, le temps que je dis ça donc « parce que j‘utilise celui dans le… « . Si, mettons, je fais contrôle-Z.

[5:33] Je pense qu’on peut définitivement enlever cette partie-là. Par la suite, on peut très facilement passer et enlever toutes ces espèces de, je sais pas comment dire en français, mais d’acknowledge-là, quand on dit oui, quand on confirme, toutes ces confirmations-là, qui ne sont peut-être pas nécessaires, pour notre auditeur, surtout si, supposons, qu’on a un invité qui est pas habitué,
et qui nous confirme tout ce qu’on dit. On dit deux mots, il dit oui, on dit deux mots, il dit oui… Ça peut devenir fatiguant pour l’auditeur, donc on peut tout enlever ça.
Ça c’est pour la partie strip silence

Maintenant, on va aller avec une respiration. Généralement, les respirations, on les voit assez bien dans un wave form. Comme ici, on peut voir que j’ai comme un petit bloc carré parce que l’échelle est peut-être pas bien bonne. Ici, on voit comme un espèce de petit diamant, ça fait souvent comme un espèce de forme de diamant, où est-ce que je pointe ici. Là, ce que je vais faire, c’est que je vais le grossir pour être sûr : « parce que ». On vient d’entendre. Des fois, il y en a qui sont plus grosses, comme si je vais, je vais muter celle à Kevin parce qu’il y a autre chose en-dessous. Ok, donc, celle-là, ici est un petit peu plus grosse.

[6:39] Donc, je vais venir quand même faire celle-là ici. Donc, si on écoute : « parce que ». Ce que je peux faire, c’est sélectionner cette partie-là. Je pourrais faire un silence pour garder mon pace et enlever la respiration.
Mais ça, ça sonnerait, ça sonne un peu drôle, quand on fait ça. Je vais faire contrôle-L, juste pour te le montrer « que je suis parce que » C’est comme, au moins, on ne perd pas le rythme de la conversation.

Mais c’est quand même étrange de, comme, avoir un blanc total.
Donc, ce que j’aime bien faire, pour ma part, c’est venir ici, venir ici dans effect, puis amplify, puis baisser. Donc, là, dans ce cas-ci, mettons que je vais essayer un mois huit dB. Donc, là regarde ce qui se passe à ma respiration qui est soulignée, elle va diminuer en volume. Oups, elle est un petit peu plus petite.

 

[7:34] Donc, on entend la pause, on entend quand même la respiration, mais on l’entend un peu moins fort au lieu d’être amplifiée, elle est « déplifiée » et c’est beaucoup plus agréable pour l’auditeur. Sinon, on pourrait aussi simplement faire, on pourrait la sélectionner, pour ceux qui aiment ça faire ça.

[7:51] On va sélectionner les deux pistes pour ne pas perdre notre synchronisation. Donc, je sélectionne avec ma souris et ensuite je vais, je vais monter avec ma souris, à la deuxième piste pour sélectionner mes deux pistes.
Et là je pourrais faire un delete pour l’enlever totalement, ce que je ne vous conseille pas de faire.

[8:08] C’est pour les respirations, donc vous pouvez tout simplement les mettre sous silence, soit faire un amplify et baisser le niveau sonore de quelques dB.
Ça dépend de l’enregistrement, ça dépend du niveau je dirais entre trois et douze dB, généralement c’est un bon range pour les baisser, qu’on les entende quand même un petit peu. Donc on a fait les respirations.
Maintenant ce que je vais faire, je vais faire une belle coupure ici : « Ça va déjà, ça va te faire des équipements de plus. Ça te tente-tu… je veux, je veux » Là, je ne sais pas si tu as entendu, c’est un petit peu… c’est à la fois égocentrique ce que je te dis de ne pas nécessairement faire, de faire des coupures pour ton ego. C’est à la fois l’ego et à la fois un petit peu désagréable pour l’auditeur.
Pour les besoins de la cause, je vais te montrer ce que je ferais dans ce cas-là.
Donc ici, moi je parle puis Kevin se met à parler. On voit là, je commence et là, Kevin se met à parler. Je ne veux pas l’interrompre, il ne veut pas m’interrompre. On est tous les deux polis.
On a une petite pause qu’on est comme « euh, euh, euh, veux-tu y aller, veux-tu que j’y aille? », donc on se relance la balle. Et Kevin recommence. Et, là, par contre, Kevin n’a pas recommencé, il aurait pu prendre une pause.

[9:22] Recommencé, ça m’aurait fait une coupure super facile, mais là, c’est comme l’excitation, Donc, est-ce que je parle, est-ce que je ne parle pas… Un peu comme quand on est sur une lumière rouge et on ne sait pas si on y va. Et, là, il se met à parler rapidement.
Donc là, ce que je veux faire, c’est couper ici.

[9:37] Je vais grossir un peu mon échelle. Ça, vous pouvez faire ça en pesant ici sur zoom. Je le fais avec la souris en faisant contrôle et ma scroll wheel. Si je pèse sur play : « ça te tentes-tu… oui, je veux, je veux ». Là, je dis « ça te tentes-tu de me raconter », et là, Kevin dit « je veux, je veux, je veux », pis après il va commencer, « je veux streamer du vr ». Donc là, ce que je veux faire, c’est couper ma partie à moi, la partie à Kevin, Je vais laisser ma respiration.

Ça, c’est comme une question de choix, juste pour qu’il y ait une pose entre la fin de ma phrase ici « en plus ». En plus, et là, après ça va être Kevin qui va embarquer, qui va dire « je veux streamer du VR ». Donc, là, ce que je vais faire, je vais commencer, je vais venir ici : « ça te tentes-tu… oui, je veux, je veux… je veux streamer ». D’ailleurs, la space bar sert à partir et à arrêter notre.

[10:36]

[10:40] Je veux streamer, je vais arriver à « Je veux streamer », « je veux streamer du VR ». Donc, c’est un peu plus loin. Donc, c’est ça que je disais.
Si je fais un, si je fais ça comme ça, que je fais delete. Qu’est ce qui se passe? C’est qu’il efface cette partie-là, mais, ma piste ici est toujours aussi longue, mais elle est plus basse. Donc, là, j’ai désynchronisé mes pistes. Je veux pas faire ça, je vais faire contrôle-z.
Je vais recommencer. Je suis au bon endroit.

[11:15] Et là, je vais monter sur ma deuxième piste pour sélectionner mes deux pistes. Donc, mes deux pistes sont sélectionnées, et maintenant je vais faire delete. Si je reviens à une échelle plus grande, tu vois mes pistes sont toujours alignées, donc elles finissent au même moment. J’ai coupé exactement la même partie dans mes deux pistes. Donc, c’est ce qu’on veut. Et là, si j’écoute le résultat « Ça va te faire de l’équipement en plus. Oui, je veux streamer du VR donc je pourrais pas nécessairement utiliser ce micro ». Il n’est pas trop pire! Ma coupe est déjà pas trop pire, parce que le mot qui finissait n’a pas trop magané. Je vais quand même, pour les besoins, te montrer ce que je pourrais faire si ça me dérangeait ou je pourrais peut-être le couper un peu plus loin, juste pour être sûr que ce soit bien dérangeant, bien, pas bien dérangeant, mais un peu plus dérangeants, mettons… Je fais ça comme ça.

[12:05] Ah! Là, on l’entend bien « plus je veux streamer » Est-ce que vous entendez « je veux streamer » puis ça pop… Pop!

[12:12] Donc ça c’est un peu plus dérangeant. Ça se peut, des fois, quand on coupe, qu’on ait besoin nécessairement de couper à un endroit que ça va popper comme ça et c’est assez désagréable. Ce que je vais faire, je viens ici, je mets ma souris juste avant le mot. Je vais venir dans edit, ensuite, je vais venir dans clip boundaries, et je vais faire un split. Ce que ça fait split, c’est que ça me permet de séparer mon fichier en deux. Je pourrais le bouger, si je voudrais. Là je vais faire un contrôle-z pour le ramener à sa place. Et en faisant ça, là, ce que je vais faire, je vais venir ici, je vais venir chercher mon outil de sélection. Je vais juste prendre cette partie-là. Et je vais venir dans effect, et je vais faire un fade-in. Fade-in, donc je veux qu’il grossisse. Il va partir bas et va aller en augmentant son son dans cette partie-là. Donc, là, on voit que le niveau sonore a un peu baissé au début puis il est revenu au même niveau. Donc, là, si je l’écoute, il devrait popper un peu moins.

[13:14] Il poppe un petit peu pareil, parce que là je l’ai coupé vraiment à un endroit… On a vu que j’ai été capable de le couper sans perdre aucune qualité. Donc, là, c’est un peu une mauvaise coupe à la base, mais le but c’est de faire par exprès. Je vais venir ici et je vais sélectionner la partie avant et je vais y faire un petit fade-out, quoi que c’est un silence. Je pourrais peut-être tout simplement grossir mon fade-in. Je vais prendre mon « je » au complet pour le fader-in. Je fais ça, effect, fade-in.

[13:46] « Je veux streamer du vr donc je pourrais pas nécessairement. »

[13:52] C’est pas super beau parce que avec le J E, on se rend compte que le son est vraiment moins fort. C’est pas, c’est pas super, mais c’est déjà beaucoup mieux parce qu’on l’entend pas popper. À la limite, ça pourrait avoir l’air qu’il a reculé de son micro et qu’il est revenu au lieu d’avoir l’air d’une coupe, donc c’est déjà beaucoup mieux.
Je vais faire un espèce de compromis entre les deux et ensuite je vais lâcher pour pas perdre trop de temps.
Ensuite, je vais prendre l’autre partie avant et lui je vais lui faire un fade-out. Là, ça change pas grand chose parce qu’on est dans un silence, mais théoriquement, si je viendrais ici puis je ferais un fade-out. Donc, ce qui arrive, c’est que je couperais, je baisserais la voix à la fin de un, puis je remonterais la voix à l’autre pour donner un effet de transition.

[14:38] Écoutez ça : « Je veux streamer du VR, donc je ne pourrais pas nécessairement utiliser ce micro-là pendant que je streame là, parce que j’utilise celui dans le casque, mais effectivement… ». Donc c’est l’idée du cross fade, c’est qu’on va mettre un fade-out à la fin de un, un fade-in à la fin, au début de l’autre pour que la transition se fasse de façon un peu plus smooth. On choisit nos grosseurs et on le met.

Donc ça c’est le fade-in/fade-out, c’est un bon truc quand on n’a pas le choix de couper dans un endroit qu’on ne devrait pas. Dans mon cas, présentement, j’ai fait par exprès. C’est pas super beau parce que j’ai coupé dans le J. Donc, on n’entend pas le J. La première coupe que j’avais fait, on l’entendait très bien et c’était super. Donc, il y aurait quand même possibilité de faire quelque chose de beau sans fade-in/fade-out.
Maintenant qu’on a fait les respirations, qu’on a fait une coupure sur les deux tracs, qu’on a fait notre cross fade pour s’assurer que ça fonctionne, qu’on a fait un strip silence et que je vous ai expliqué comment que je pouvais bloquer le son de l’un à l’autre, je crois que j’ai pas mal fait le tour. Ici on peut voir.
[15:42] Ici on peut voir que Kevin, il respire et que moi je respire en haut. Je pourrais peut-être simplement faire ça ici, faire un silence ici. Cool!

[15:58] Baisser ma respiration ici.

[16:10] Mettre un moins douze. Cool! « Pis veux-tu nous parler un peu de ton set up, de ta chaîne au complet? »

[16:18] Pour finir, si ça t’intéresse, je vais faire une petite démo avant et après, donc on va plutôt faire après et avant.

Donc, maintenant, c’est après toute notre modification « Oui, pis tu as des plans de streamer aussi, donc ça va déjà, ça va te faire de l’équipement en plus. Je veux streamer du VR donc je ne pourrais pas nécessairement utiliser ce micro-là pendant que je streame là, parce que j’utilise celui dans le casque. Mais, mais effectivement, entre les scènes de vr, je ne serai pas tout le temps dans le casque, donc le reste du temps , je vais avoir un bon micro, donc, ouin. Cool! Puis, tu veux-tu nous parler un peu de ton set-up, de ta chaîne au complet? » Maintenant, je vais faire des contrôle-z jusqu’à temps qu’on revienne au début.

[17:00] Un petit peu trop loin, ici, on écoute le avant. « Oui, et tu as des plans de streamer aussi, donc, ça va te faire de l’équipement en plus. Ouin. Ça te tentes-tu… Ouin, je veux, je veux streamer du VR donc je pourrais pas nécessairement utiliser ce micro-là pendant que je streame, parce que j’utilise celui dans le casque. Mais, mais effectivement, entre les scènes de VR, je ne serai pas tout le temps dans le casque. Donc le reste du temps je vais avoir un bon micro. Cool! Tu veux-tu nous parler de ton set-up, de ta chaîne au complet? »

Bref, ça l’air de beaucoup de travail. Je vais donner un petit truc pour accélérer avec la souris, accélérer la vitesse du travail avec la souris.

Aussi, ça se fait de plus en plus vite. Plus qu’on fait d’épisodes, plus qu’on pogne la technique. On le voit, on regarde le wave band et on le fait. On n’a plus besoin nécessairement d’être aussi attentif. On le fait de façon beaucoup plus automatisée, je dirais beaucoup plus rapide à force de le faire. Et l’autre chose que je veux que tu gardes en tête, c’est que tu fais ça pour tes auditeurs. Tu demandes beaucoup de temps à tes auditeurs, tu leur demandes d’écouter ce que tu as à dire, tu lui demandes d’écouter ta conversation.
C’est une très belle marque de respect, une façon de te différencier que de penser à lui, puis de rendre ça agréable à son oreille, en coupant, en faisant des cross fade, en mettant du strip silence, en éditant ton son.